Confi…nement

Tous les quatre, on est confinés. Confinés, c’est un drôle de mot que je ne connaissais pas avant.

Je m’appelle Gabriel, j’ai six ans. Depuis deux semaines, je reste dans notre appartement, avec Maman, mon grand frère Léo qui a treize ans et ma petite sœur Jade qui est encore un bébé.

Tous les quatre, on est confinés. Confinés, c’est un drôle de mot que je ne connaissais pas avant. Confit … de canard, confi-ture, confit de figue avec le foie gras à Noël, mais confiné, non… Maintenant, je sais : ça veut dire qu’on n’a plus le droit de sortir, même dans le parc pour jouer au ballon ou au toboggan ou faire du vélo. Toute la journée, on reste confinés dans notre chambre, dans le salon ou dans la cuisine… Et même quand je n’en peux plus de voir les autres, moi, je me confine dans les WC pour un bon quart d’heure, jusqu’à ce que ça tambourine trop fort à la porte ! Ou alors, quand il fait beau, je m’enferme sur le balcon et je regarde en bas la rue, toute vide… C’est drôle une ville sans voiture, sans bus, sans passant sous le soleil. Plus de coups de klaxon, plus de crissements de freins ou de coups d’accélérateur, juste les chants d’oiseaux ou un aboiement de chien dans le lointain. En face, par-dessus les toits, je vois les coupoles de la Cathédrale Saint-Front qui montent toujours la garde dans le ciel bleu, mais tout est changé, Périgueux n’est plus la même… Les copains d’école me manquent, la maîtresse aussi. 

Pourtant, les premiers jours, j’étais très content de voir Maman toute la journée, de profiter des sourires de notre petite Jade, de ne pas me réveiller si tôt le matin pour qu’elle soit à l’heure à la crèche. Même Léo était patient et gentil avec moi, il m’aidait à faire ma lecture… Mais maintenant, c’est de plus en plus difficile pour ne pas se disputer et rester tranquilles…

Le moment que je préfère, c’est le soir, quand on parle à Papa sur Skype, et qu’il nous voit tous les quatre. Il nous a dit hier qu’il allait bientôt avoir un avion pour rentrer en France, mais que c’était très difficile de sortir du Brésil… Il n’a pas eu de chance, son contrat de travail devait finir ce mois-ci ! Quand il raccroche, on est tous très tristes, mais ensuite, quand Jade est endormie et que Léo a le droit de jouer sur son portable, alors, assis sur le canapé, je me blottis dans les bras de Maman, et elle me fait de gros câlins en me lisant une histoire. 

Ce matin, Maman s’est fâchée très fort, puis on a eu très peur quand elle s’est mise à pleurer. Alors, on l’a encerclée de nos six bras pour la consoler jusqu’à ce qu’elle s’arrête ! C’est Jade qui avait commencé, elle avait fait dans sa couche, ça sentait mauvais et Maman a arrêté de travailler sur son ordinateur pour aller la changer. Mais en passant, elle a fait tomber le livre de physique de Léo posé sur le coin de la table et il s’est mis à protester… Il a poussé rageusement ses affaires pour avoir plus de place et il m’a fait faire une grosse rature dans mon cahier d’écriture. On s’est disputés très fort tous les deux et j’ai même donné un coup de poing à mon frère, qui a riposté en me tirant les cheveux ! Quand Maman est revenue avec le bébé, elle a crié très fort : « Stop, stop, ça suffit ! », puis elle a posé Jade sur son tapis d’éveil, s’est assise sur le canapé en répétant : « Je n’en peux plus ! Je n’en peux plus ! ». On ne savait pas quoi faire. Léo a demandé pardon et moi aussi. On lui a dit qu’on ne recommencerait plus. Alors, elle nous a expliqué qu’il fallait que nous fassions, chacun de notre côté, des efforts pour rester calmes, qu’elle allait téléphoner à un psychologue, que nous allions tous ensemble établir un emploi du temps pour avoir chacun des moments rien que pour nous. Ce planning nous a pris toute la matinée, mais on en est assez fiers ! Même Jade a participé en faisant des « areu… agueu ! ». Ainsi, pour moi, j’ai la salle de bain de 8h30 à 8h45, la table du salon jusqu’à 9h30, puis je joue avec Jade et je m’occupe d’elle pendant une demi-heure… et ainsi de suite pour nous trois toute la journée. Si on le respecte, ça devrait aller mieux, nous allons l’envoyer à papa par SMS, il va voir que nous nous occupons bien de Maman ! Ce qui me fait le plus peur, c’est quand il va falloir que je change tout seul la couche de Jade, mais je crois y arriver… en me bouchant le nez de l’autre main !…

Marie-Thérèse Laborde