Au milieu de l’herbe humide

Le jour sera ce que j’en ferai, ma revanche, un parfum, un mot, une danse…

Du haut du coteau, en écartant les bras,

Je peux toucher d’une main la lune ronde et blanche

Et dans le ciel rose, de l’autre le cercle rougeoyant du soleil

Les pieds dans la terre et la tête vide,

La vie coule tout autour et en moi

Les oiseaux s’activent dans les branches,

Un matin se lève à nul autre pareil

De mes yeux sans doute candides

Le bonheur simple d’être là

Le jour sera ce que j’en ferai, ma revanche,

Un parfum, un mot, une danse, un rire, mon essentiel.

 

Régine Michaux