Afficher les alertes

Voyage astrolyptique* pour un secret de famille

Mais que se passe-t-il ? Voilà que je me dissocie de mon corps et m’élève au-dessus. Mon Dieu, j’ai peur !

Je viens de boire mon café. Me voilà parfaitement détendu, sur mon divan moelleux, me laissant aller pour une douce sieste. Je plonge dans le sommeil …
Mais que se passe-t-il ? Voilà que je me dissocie de mon corps et m’élève au-dessus. Mon Dieu, j’ai peur ! J’ai pourtant l’air de bien dormir, mes yeux sont fermés, ma poitrine suit le mouvement de ma respiration. Mais je ne suis plus ce corps ! Je suis suspendu au plafond, je vois le dessus des étagères, la table, mon chat regarde en l’air ; j’ai l’impression qu’il me voit. Mais à quoi je ressemble !
Je me sens parfaitement léger, et je ressens tout, je vois tout. Est-ce que je rêve ou suis-je éveillé ? J’essaye d’appeler mon chat, mais aucun son ne sort. De nouveau je suis saisi par la terreur. Il faut réfléchir, et opter pour la bonne décision.
Je flotte, je flotte.
Mon esprit semble très vif et je décide de me mouvoir par la porte-fenêtre de la terrasse, qui est ouverte. Je m’y engage, incroyable, je suis dehors et poussé par une grande curiosité, j’arrive à me déplacer au-delà du jardin. Je m’élève toujours plus haut, le seul qui me regarde et qui semble tout petit est mon chat, qui s’est installé maintenant sur la terrasse. Je vois plusieurs enfants, qui jouent en criant. Ils ne me voient pas. Je suis comme aspiré par les collines avoisinantes ; par la seule force de mon esprit, je peux accélérer mon vol.
Puis soudain, tout s’arrête et je me retrouve à l’intérieur de mon cerveau ; puis m’apparaissent des images très fugaces. Me voilà un fœtus, lové bien au chaud dans le liquide amniotique. Puis je suis un nourrisson ; et je m’aperçois en bébé ; ma mère me prend  tendrement dans ses bras. Soudain, je vois un enfant qui me ressemble étrangement. Il est debout sur la balançoire, dans le jardin de mes parents. Ses  mouvements sont rapides et soudain, il lâche les mains …
Je tombe dans un trou noir ; me voilà au milieu du firmament, des milliers d’étoiles scintillent. Je suis happé, et je glisse à grande vitesse dans un couloir lumineux. Puis tout s’arrête … Mon Dieu, je vois mes parents et ma sœur en pleurs ; ma mère ne cesse de répéter, Jérôme, Jérôme ! Et ils suivent éplorés un petit cercueil… Là, je panique. Où suis-je ? qui suis-je ? qui est Jérôme ?
Un kaléidoscope de lumière apparaît. Il me semble que je dois suivre un chemin ; très vite je suis absorbé par la lumière bleue, je ne peux plus penser… Tout est étrangement calme. Puis je vois apparaître, dans un halo de lumière, ce petit garçon qui me ressemble tant. Il me fixe d’un regard de braise et d’une profondeur insondable.
— Je suis Jérôme, me dit-il. Je suis ton grand frère, que tu n’as jamais connu.  J’ai quitté la vie terrestre à 7 ans. Je veux te communiquer un message. Dis à nos parents que je suis heureux, là où je suis, je me sens parfaitement comblé, et je pense très souvent à vous et à ma petite sœur. Tu dois maintenant me quitter et revenir dans le monde que j’ai quitté moi-même, trop jeune, à cause de ce stupide accident. Je vous aime tant !
Me voilà projeté de nouveau dans ma maison, l’esprit heureux, mais terriblement troublé. Je vois mon corps paisiblement allongé, je m’en approche, mais je sens sourdre dans mon esprit une terrible angoisse ! Je suis suspendu au-dessus de lui, mais je ne peux pas le réintégrer. Je suis comme un  bernard-l’hermite qui n’aurait plus sa coquille. Je suis tétanisé !
J’appelle par l’esprit mon frère Jérôme : « Aide-moi, aide-moi ! ». Il apparaît, et avec une douceur extrême, il m’accompagne vers la réintégration de mon corps. Je me sens soudain très lourd, très pesant, je perçois les battements de mon cœur, et le va-et-vient de ma respiration. Et je sens couler sur mes joues des larmes de bonheur !
Je sais qu’au plus profond de mon cœur, ma vie ne sera plus jamais la même…
(* mot inventé)
Sylvie Lelluch