Avançons masqués

Ce matin, j'ai appelé en disant que je n'avais pas de machine à coudre mais que si je pouvais aider ce serait avec plaisir.

Que faire pendant le confinement lorsque le temps est maussade?

J’ai regardé sur Facebook, les messages et les infos du monde qui m’entoure. Un message a retenu mon attention. La mairie de Montignac demandait des volontaires pour coudre des masques. Un numéro de téléphone était joint.

Ce matin, j’ai appelé en disant que je n’avais pas de machine à coudre mais que si je pouvais aider ce serait avec plaisir. L’information m’a été donnée. « Rendez vous à la permanence à la salle des fêtes » tous les jours de 11h à midi. A 11heures, me voici en route avec mon laissez-passer ; direction la salle des fêtes.

Sur une grande table sont posées des piles de tissus et des métrages d’élastiques. Je me suis donc proposée pour découper des morceaux de tissu 20×20 et 18 cm pour l’élastique. Et me voici arrivée à la maison munie d’une pièce de tissu.

Mais le problème auquel je n’avais pas réfléchi, c’était qu’il fallait étaler le tissu pour faire des bandes de 20 cm. Je n’ai pas de table assez grande. Mon mari qui m’a vu galérer a heureusement trouvé une solution. La table à tapisser était idéale pour ce découpage. Mesurer, tracer et couper. Nous n’étions pas trop de deux. D’abord des bandes de 20cm de large sur 150cm, et ensuite ces bandes recoupées de 20 en 20.

Ce petit tissu couleur pêche abricot, qui allait servir à confectionner des masques, à quoi aurait-il dû servir initialement, avant d’être réquisitionné ? Des rideaux pour une chambre de petite fille, des coussins, une petite jupe et son boléro? Une nappe peut être? Toujours est-il que ce coupon a terminé sa vie en 138 petits morceaux de 20×20.

Et l’élastique me direz-vous ? On l’a punaisé sur la table à tapisser et marqué au crayon à papier tous les 18 cm.

A quoi devait il servir ? Des élastiques à culottes, où à jupette ?

Quand je le coupais, je pensais à ma grand-mère qui était mercière et qui me donnait 3 ou 4 mètres d’élastique pour jouer dans la cour de l’école. J’adorais exécuter  des figures, en sautant à pieds joints d’un côté et de l’autre de l’élastique que mes camarades tendaient en le passant derrière le genoux.

Tiens, après tout, ce n’était pas une mauvaise affaire que d’aider les couturières. Je voyageais dans une partie de mon passé, somme toute bien agréable. Le temps de cet après midi pluvieux, a passé très vite.

L’occupation est saine et utile, donc demain je retourne rendre les coupons et je prendrai certainement un nouveau métrage.

Mes amies couturières comptent sur moi. J’ai déjà des commandes et je viens d’appeler ma voisine. Elle aussi a besoin d’aide. Je vais lui couper ses petits carrés.

L’entraide pendant cette période de confinement est très importante, surtout que l’on approche de la sortie et qu’il nous faut à tous UN MASQUE.

 

Chantal Galland