Ciné-débat autour du film de Thierry MICHEL : « L’Homme qui répare les femmes »

le jeudi 21 novembre
à 21h00
Lieu de l'événement :
Cinéma Le Vox
Place Bertran de Born
24290 Montignac

Un film de Thierry Michel

Ce Ciné Débat aura lieu  dans le cadre de la « Journée Internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes »
organisée par l’ONU

CINETOILE  et FEMMES SOLIDAIRES de DORDOGNE

vous proposent JEUDI 21 NOVEMBRE 2019 à 21H00 au Cinéma Vox de Montignac

Un CINE DEBAT autour du film de Thierry MICHEL  : « L’Homme qui répare les femmes »

 

LE FILM, 1H52, 2016
Prix Sakharov 2014, Prix Nobel de la Paix en 2018, le Docteur Mukwege est internationalement connu comme l’homme qui répare ces milliers de femmes violées durant 20 ans de conflits à l’Est de la République Démocratique du Congo, un pays parmi les plus pauvres de la planète, mais au sous-sol extrêmement riche. Sa lutte incessante pour mettre fin à ces atrocités et dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables, dérange. Fin 2012, le Docteur est l’objet d’une nouvelle tentative d’assassinat, à laquelle il échappe miraculeusement. Menacé de mort, ce médecin au destin exceptionnel vit dorénavant cloîtré dans son hôpital de Bukavu, sous la protection des Casques bleus des Nations unies. Mais il n’est plus seul à lutter. A ses côtés, ces femmes auxquelles il a rendu leur intégrité physique et leur dignité, devenues grâce à lui de véritables activistes de la paix, assoiffées de justice.
Ce film a obtenu le Prix du Meilleur Long Métrage Documentaire aux « Magritte du cinéma 2016 »

LE DEBAT se fera en présence de Colette BRAECKMANN, co-auteure et scénariste du film, journaliste belge et grand reporter, spécialiste de l’Afrique centrale.  Il portera sur le docteur Denis Mukwege qui est devenu une figure légendaire.  Gynécologue et obstétricien au dévouement inlassable,  ce Congolais formé en France, au CHU d’Angers, a vu le pire de l’humanité: les viols subis par des femmes et des enfants en République Démocratique du Congo, de l’arrivée des massacreurs hutus chassés du Rwanda en 1994 jusqu’à la fin de la guerre, en 2013. Et face à cette barbarie collective planifiée, utilisée comme une arme de guerre, il a répondu par le meilleur de l’humanité: se mettre au service des victimes, se pencher sur chacune avec amour dans les hôpitaux congolais et porter haut leur cause devant les instances internationales.
Les sujets abordés dans ce film sont  : l’utilisation de la violence envers les femmes et les enfants comme arme de guerre,  le travail de reconstruction physique et mental effectué  sur  les victimes de ces violences et le combat pour dénoncer l’impunité dont jouissent les coupables.