Afficher les alertes

11e festival du film documenterre « L’homme qui arrêta le désert »

le samedi 30 novembre
à 17h30
Lieu de l'événement :
Cinéma Le Vox
Place Bertran de Born
24290 Montignac


Le festival (café, brasserie)
11, rue de juillet
24290 Montignac

Le festival (café, brasserie)
11, rue de juillet
24290 Montignac











Le festival (café, brasserie)
11, rue de juillet
24290 Montignac

Le festival (café, brasserie)
11, rue de juillet
24290 Montignac









Un film documentaire de Mark Dodd - inscriptions : 05.24.16.14.72

« L’Homme qui arrêta le désert »
de Mark DODD
51’ – 2011 – 1080 Film and television LTD

Les terres dans de nombreuses régions du monde subissent la dégradation du climat. De 1975 à 1985, une série de sécheresses s’abat sur le Sahel provoquant un exode rural massif. Les habitants, faute de nourriture et d ‘eau, migrent vers le sud ouest où les pluies sont plus intenses et les terres plus fertiles. Pour lutter contre l’avancée du désert, Yacouba Sawadogo reprend une technique agricole traditionnelle, le Zaï et la développe.  Il l’applique dans son village à Gourga, au nord-ouest du Burkina Faso,  pour améliorer la vie des habitants.  Ses nouvelles méthodes ne plaisent pas tous et encore moins aux chefs des clans ceux décident qui a le droit de cultiver les terres. Ils lui reprochent de ne pas suivre la vraie méthode ancestrale, de creuser beaucoup trop tôt et de mettre du compost. Ils le prennent pour un fou.
Malgré les contestations, Yacouba Sawadogo poursuit son chemin. Pour améliorer les sols, il introduit des termites qui ont la même fonction que les vers de terre.  Il réussit à rendre une zone stérile en terre fertile dans une des régions de l’Afrique les plus arides. Ses techniques permettent à l’eau souterraine d’atteindre des niveaux jamais connus. Yacouba Sawadogo connaît l’importance des arbres pour recevoir la pluie, pour lutter contre le vent et préserver les animaux. Il plante pendant vingt ans des arbres et parvient à créer une forêt d’une douzaine d’hectares.
C’est un miracle pour le chercheur Chris Reij de l’Université d’Amsterdam. Pendant 25 années il suit avec admiration le travail de Yacouba Sawadogo :
« Yacouba lui seul a eu plus d’impact sur la conservation … que tous les chercheurs nationaux et internationaux mis en place .. Dans cette région des dizaines de milliers d’hectares de terres qui étaient complètement improductif a été fait de nouveau productif grâce à des techniques de Yacouba.
En novembre 2009, Yacouba Sawadogo est invité à Washington DC et raconte son histoire. Fin 2009 la Fondation Bill et Melinda Gates Foundation rendent honneur aux petits paysans comme Yacouba Sawadogo qui luttent contre la famine et la pauvreté. Elles annoncent un investissement de 120 millions de dollars pour plusieurs programmes d’aide aux agriculteurs d’Afrique.
Les organisations non gouvernementales, les scientifiques, les gouvernements  viennent à sa rencontre pour apprendre ses techniques de culture.
Bien que Yacouba Sawadogo est reconnu dans le monde entier comme l’homme qui a arrêté le désert, il se heurte aux ambitions des autorités de son pays qui souhaitent s’accaparer des terres fertiles au nom du développement urbain.

Le documentaire a été projeté fin octobre 2011, lors de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD) à Changwon,  en Corée du Sud.

DEBAT en présence de Chris REIJ,  , le « parrain » du Festival, qui a participé au tournage du film. Géographe de l’Université Libre d’Amsterdam, spécialiste de la gestion durable des sols, membre principal du World Resources Institute à Washington (organisme de recherche mondial indépendant axé sur la gestion durable des ressources naturelles), il soutient l’opération « Re-greening desert » d’agroforesterie solidaire.

 

Plus d’infos