Afficher les alertes

Exposition Lascaux, Montignac et Nous

Un village, une grotte 1948-1972

La découverte de Lascaux, le 12 septembre 1940, est souvent perçue et présentée comme un miracle, d’autant plus inattendu, sinon significatif, qu’il se produit en plein coeur d’une France rurale abasourdie par « l’effondrement » de juin 1940. Plus tard, et y compris sous la plume d’auteurs comme Georges Bataille en 1954, la découverte sera décrite comme une « apparition », analogue par bien des aspects à celle de la Vierge dans d’autres sites, ainsi que Daniel Fabre a pu récemment le démontrer avec vigueur, dans son Bataille à Lascaux. Avant la fin du conflit, un autre miracle s’était produit, d’ordre économique et social : l’afflux des touristes, nouveaux pèlerins modernes du patrimoine, provoque une mutation profonde des cadres et des rythmes de la vie locale. Montignac, durant quinze années, entre 1948 et 1963, devient une ville d’étape, un lieu de villégiature, parfois considéré comme trop temporaire. Les incidences économiques et fonctionnelles de ce petit

« miracle touristique » ont été peu étudiées jusqu’ici : hormis le développement d’activités d’accueil, de l’hôtel au camping, la manne offerte par le passage annuel de dizaine de milliers de visiteurs, suppose adaptations et aménagements, parfois devenus invisibles. D’autres, mieux connus, ont eu des conséquences irrémédiables sur la conservation de la grotte elle-même, jusqu’à provoquer en avril 1963, la décision unilatérale du ministère des Affaires culturelles d’une fermeture perçue longtemps comme arbitraire. Et longtemps espérée comme temporaire…

L’exposition proposée par la mairie de Montignac pour la saison 2017, a pour objectif d’accompagner l’ouverture du «Centre International d’Art Pariétal» et pour objet le phénomène touristique autant que les transformations provoqués par cette «révélation» sur la vie locale.

Aux documents d’archives et photographies témoignant de l’aménagement de la ville et du site, dont certains sont encore conservés aux archives de la mairie de Montignac, il s’agira d’adjoindre les écrits ou photographies attestant de ce qui peut être qualifié de véritable «émotion patrimoniale».

La question du souvenir que l’on garde de la visite de «l’original» est aussi au coeur de la réflexion proposée par cette exposition : quelle image conserve-t-on, dans la mesure où l’intérieur de la cavité ne permet la prise de clichés ?

En association avec les Archives Départementales de la Dordogne, de la Corrèze et de la ville de Brive un appel à une « grande collecte » de documents familiaux et privés, y compris à destination de l’étranger, permettra d’offrir une autre forme « d’interprétation » du phénomène Lascaux, à mi-chemin entre discours savants (celui des préhistoriens qui étaient originaires de Brive, mais aussi de visiteur d’exception comme Georges Bataille) et image et paroles ordinaires.

Cette « collecte » pourrait prolonger, bien au-delà de 2017, une forme vivante de valorisation des interactions, parfois difficiles entre le village, la grotte et « leurs » visiteurs.

Annonce

Si vous avez des documents sur cette période (photos, lettre, affiches …) ou si vous souhaitez apporter un témoignage, merci de contacter :

Elodie Lacoste 05 53 51 72 07

Une exposition

La pertinence de l’exposition relève d’une double ambition, sociale et scientifique.

Le volet social : une grande collecte d’archives autour du phénomène social et culturel de Lascaux. L’objectif est de faire un dépôt physique ou numérisé de toutes les archives privées collectées en vue de la création d’un fonds documentaire autour de la mémoire collective de Lascaux (patrimoine participatif) aux Archives Départementales. La collecte pourra s’effectuer avant, pendant et pourra même s’enrichir avec le temps après l’ouverture de l’exposition.

Ce projet concerne deux départements, il s’inscrit donc dans le cadre de la grande Région Aquitaine.

Le volet scientifique : une ethnologie du patrimoine.

Des rencontres scientifiques seront organisées d’un point de vue de l’ethnologie du patrimoine.

Date de lancement

Juin 2017

Lieux

Montignac : le prieuré (en centre ville)

Sur le territoire Vallée de la Vézère (lieux à déterminer)

La forme itinérante permettra de privilégier chez les partenaires, des documents liés à leur propre fonds documentaire.

Commissariat d’exposition

Thierry Félix (spéléologue, docteur en préhistoire et historien de Lascaux)

Stéphane Konik (ingénieur de recherches – Centre National de la Préhistoire)

Yann Potin (agrégé d’histoire, archiviste paléographe (chartiste), chargé d’études documentaires aux archives nationales).

    Fichiers joints :